Catégories
Actualités internationales

Après avoir diabolisé tous ceux qui s'opposaient à la terreur du Jihad, le mag catholique se demande pourquoi personne ne s'en prononce


Mon dernier dans PJ Media:

Jeudi dernier, le périodique jésuite Amérique une note sombre: «Les chrétiens du Nigeria sont-ils la cible d'un génocide? C'est la conclusion d'un certain nombre d'analystes de la liberté religieuse et du clergé nigérian. » Pourtant, l'avertissement du vénérable magazine catholique de gauche dégoulinait véritablement d'ironie, car la même publication dénonce et diffuse depuis un certain temps les personnes qui se sont prononcées contre la persécution des chrétiens au Nigéria et ailleurs.

Amérique a rapporté que «les militants islamiques de Boko Haram font rage depuis des années contre les communautés chrétiennes minoritaires du nord du Nigéria, et leur intention de chasser les influences« occidentales »et d'établir un État islamique dans le nord du Nigéria semble claire. Mais des attaques de plus en plus brutales contre des villages chrétiens dans la région centrale de la «ceinture médiane» du Nigéria ont été attribuées aux éleveurs de bétail peuls et ont été expliquées comme le résultat d'un conflit sur la diminution des ressources. » Amérique ont même constaté que «les chrétiens sont explicitement visés dans les violences en cours».

Amérique a cité le très révérend Matthew Hassan Kukah, du diocèse catholique nigérian de Sokoto, disant: «J'aimerais entendre beaucoup plus de témoignages d'archevêques éminents aux États-Unis et en Europe.»

Ouais, ce serait de la houle. Mais pourquoi ces «archevêques éminents» ne disent-ils rien de la persécution des chrétiens? Un bon indice vient de Amérique magazine lui-même. Alors maintenant, Amérique a découvert que «des militants islamiques de Boko Haram ont fait rage pendant des années contre les communautés chrétiennes minoritaires du nord du Nigéria» et que leurs camarades éleveurs de bétail peuls musulmans ont également mené «des attaques de plus en plus brutales contre des villages chrétiens», en 2018, il était préoccupé par « soi-disant experts cherchant à répandre la désinformation et la peur »à propos de l'islam.

Cette «désinformation et cette peur» étaient liées au fait de ne pas accepter le nouveau superdogma de fait de l'Église catholique selon lequel l'islam est une religion de paix, et les «soi-disant experts» m'incluaient. Insouciant du fait que j'avais quitté l'Église catholique un temps considérable avant 2018, Amérique a affirmé cette année-là que je produisais «du contenu mal informé et mal intentionné sur l'islam, en particulier pour le public catholique». Une partie de cette prétendue «désinformation» était apparemment l'idée que «la tradition religieuse des musulmans est responsable de la violence».

Il y a bien plus. Lisez le reste ici.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *