Catégories
Actualités internationales

Fake news sur Portland du Washington Post

La semaine dernière, le Washington Post a publié un article avec ce titre: «Trump a ordonné aux forces fédérales d'étouffer les manifestations de Portland. Mais le chaos a pris fin dès leur départ. Il s'agissait d'une tentative malhonnête de blâmer les émeutes à Portland, y compris les attaques visant des bâtiments fédéraux, sur le président Trump, plutôt que sur les émeutiers Antifa / BLM.

Adam Taylor, du Post, savait certainement que la présence des forces fédérales était une réponse au chaos que vivait Portland, et non la cause du chaos. Après tout, le chaos a longtemps précédé l'intervention fédérale. Cela a commencé le 20 mai. Trump n'a envoyé des forces fédérales que plus de deux mois plus tard.

Mais le Post, par sympathie pour la foule Antifa / BLM et par haine pour Trump, a voulu obscurcir cette réalité.

Quelle est la situation à Portland maintenant que les forces fédérales ne sont plus présentes? L’Oregonian rapporte qu’hier, le service de police de la ville a déclaré l’existence d’émeutes pour la deuxième nuit consécutive. Des gaz lacrymogènes ont dû être utilisés pour disperser les émeutiers.

Il y a une différence entre les dernières émeutes et celles qui ont poussé les forces fédérales à pénétrer dans la ville. Selon l'Oregonian, «les affrontements entre la police et les manifestants sont passés du centre-ville – le cœur historique des manifestations – aux bâtiments de la police à travers la ville, où une faction de manifestants se réunit désormais (sic) chaque nuit.» Apparemment, les émeutiers ne veulent pas inciter le président Trump à renvoyer le gouvernement fédéral, alors ils se contentent d'attaquer les bâtiments de la police.

L'Oregonian essaie de publier un aussi bon visage que possible sur les émeutes:

La plupart des gens ont chanté comme quelques personnes a commencé à enlever le contreplaqué du bâtiment, exposant des fenêtres en verre et une porte. Quelques personnes poussé des bennes à ordures pour former des barricades dans la rue. . . .

Près de l'entrée du bâtiment, Quelqu'un a utilisé un outil en métal pour frapper à plusieurs reprises la vitre. La police a déclaré que les manifestants avaient fissuré les portes vitrées de l'enceinte. Quelqu'un a bientôt commencé un feu dans une poubelle à côté de l'entrée.

(Je souligne)

La police a arrêté au moins quatre personnes. D'autres arrestations ont eu lieu après que des policiers ont été frappés par des objets, notamment des pierres et des feux d'artifice de qualité commerciale lancés, vraisemblablement, par quelqu'un.

La veille (mardi soir), toujours selon l'Oregonian, "quelques personnes est entré par effraction dans le bâtiment (du syndicat de la police) et a causé des dommages à l'intérieur. (Je souligne) La police a également répondu à deux rapports faisant état de coups de feu dans la zone.

Zachary Evans au NRO présente un compte rendu moins aseptisé des émeutes à Portland. Il cite le chef de la police afro-américaine de Portland comme suit:

Nous avons des gens qui prévoient intentionnellement de sortir et d'attaquer les quartiers, de piéger les gens à l'intérieur, (et) de mettre le feu à ces bâtiments. Nous avons des violences nocturnes où les agents se font lancer des mortiers, des pierres, des feux d'artifice de qualité commerciale, et ces tentatives insensées de blesser des agents et de détruire des installations de police (sont) répréhensibles et (elles) doivent s'arrêter.

Evans souligne également le rapport d'une filiale locale de la NBC selon laquelle des émeutiers ont tenté d'allumer un incendie dans le quartier est de Portland.

De toute évidence, la tentative du Washington Post de lier les émeutes à Portland aux efforts de l'administration Trump pour protéger la propriété fédérale était une fausse nouvelle. Tout comme tant d'autres choses qui apparaissent dans cet organe implacable de gauche ces jours-ci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *