Catégories
Actualités internationales

Israël, blâmé pour la mort de George Floyd, répond à ses calomniateurs

Comme on le sait, le monstrueux régiment de «militants» anti-israéliens – BDSers, fanatiques antifa, infiltrés musulmans lors des rassemblements Black Lives Matter – a tenté de blâmer Israël pour la mort de George Floyd. Ils affirment que la police américaine a appris à utiliser la méthode de contrainte genou-cou pratiquée par Derek Chauvin de la police israélienne. Peu de temps après la mort de Floyd, le groupe de travail national BDS des Democratic Socialists of America a tweeté: "La violence policière qui a lieu ce soir à Minneapolis est directement sortie du manuel de jeu des FDI", ajoutant: "Les policiers américains s'entraînent en Israël". Une pétition pro-BDS à l'Université de Californie a fait des déclarations similaires.

Al-Awda, la Palestine Right of Return Coalition, un groupe du BDS qui a des liens avec des groupes terroristes au Moyen-Orient, a publié le 8 juin une déclaration présentant une caricature montrant un officier de police américain et un soldat israélien, bras dessus bras dessous. , assis avec leurs genoux sur le cou d'un homme noir et d'un homme palestinien respectivement. Le dessin animé est apparu en premier sur la page Facebook du Fatah et a ensuite été publié dans le journal de l'Autorité palestinienne (AP) Al-Hayat Al-Jadida. Ce n’était pas tout.

"Nous devons cesser de former nos policiers américains à devenir des unités gestapo. #GeorgeFloyd #Palestine », tweeté Abbas Hamideh du même Al-Awda. De même, la Campagne américaine pour les droits des Palestiniens et un leader étudiant de Students for Justice in Palestine (SJP) ont également blâmé Israël pour les tactiques de la police, affirmant que «L'armée israélienne forme la police américaine à des tactiques de police racistes et répressives, qui visent systématiquement les corps noirs et bruns.«Israël, bien sûr, ne fait rien de tel. Et la police américaine qui s'est rendue en Israël pour suivre une formation peut en témoigner.

D'autres dans l'univers anti-israélien sont intervenus avec des accusations similaires. Pour beaucoup, la mort de George Floyd par Derek Chauvin, qui n'a jamais assisté à des séances de formation menées par les forces de l'ordre israéliennes, devrait néanmoins être imputée à Israël, ce puissant empire colonial qui colonise désormais le monde comme un colosse. Pas besoin de preuves. Faites juste la charge. Répétez-le suffisamment et il est tenu de coller. Et donc, dans la grande tradition de Linda Sarsour, Rashida Tlaib, Ilhan Omar, Nihad Awad et tant d'autres, les accusations anti-israéliennes sont venues rapidement et furieuses contre tant de ces rassemblements George-Floyd-Black-Lives-Matter. Sur de nombreux panneaux, le slogan se lit comme suit: «De Minneapolis à la Palestine / le racisme est un crime. »

D'autres encore ont affirmé dans la même veine que «nous savons que la police de Minneapolis a également été formée par des officiers antiterroristes israéliens» (pas la police régulière), selon une pétition farouchement anti-israélienne pro-BDS à l'Université de Californie, signée par des dizaines de groupes de campus. Il a déclaré: «L'étouffement du genou au cou que Chauvin a utilisé pour assassiner George Floyd a été utilisé et perfectionné pour torturer les Palestiniens par les forces d'occupation israéliennes à travers 72 ans de nettoyage ethnique et de dépossession. Les services de police considèrent les tactiques des Forces de défense israéliennes comme des modèles pour répondre aux «crises de santé et de sécurité publiques».

Les Israéliens n'allaient pas laisser ces calomnies sans réponse.

L'histoire est sur Algemeiner.com.

Un porte-parole de la police israélienne a semblé repousser mardi 9 juin les efforts de certains militants dans les cercles d'extrême gauche pour blâmer l'État juif pour la brutalité policière aux États-Unis.

Des accusations selon lesquelles certaines tactiques – y compris le mouvement de retenue du genou à la tête qui a conduit à la mort de George Floyd à Minneapolis il y a deux semaines – ont été enseignées récemment au personnel américain chargé de l'application des lois par des homologues israéliens.

Il était temps de dire la vérité. Il existe plusieurs milliers de forces de police nationales, étatiques et locales à travers le monde, en Europe (France) en Amérique du Sud (Brésil et une douzaine d'autres pays), en Asie (Inde, Chine), et bien sûr aux États-Unis, qui utilisent le starter genou-sur-cou, le tout sans aucune contribution ou formation d'Israël.

Le 9 juin, le porte-parole des médias étrangers de la police israélienne, Micky Rosenfeld, a tweeté: "Il n'y a pas de procédure permettant à un officier du département de police #israel de procéder à une arrestation en plaçant un genou sur le cou d'un suspect."

"Aucune des formations de la police antiterroriste dispensées par la police nationale #Israël aux agents étrangers chargés de l'application des lois ne comporte une telle mesure", a-t-il ajouté.

Ce sont des déclarations définitives. Il n'y a "aucune procédure" qui permet à un officier de police israélien "de placer un genou sur le cou d'un suspect".

Les Israéliens n'autorisent pas leurs propres officiers à utiliser un tel étranglement. Ils ne forment pas les autres à la façon d'effectuer un tel étranglement.

Période. Fin de l'histoire. Aucune marge de manœuvre n'a été laissée dans cette réponse de Micky Rosenfeld.

Mais qui l'écoutera ou écoutera tout autre défenseur d'Israël alors qu'Antifa et les BDSers et les propagandistes palestiniens parviennent toujours à crier ceux qui disent la vérité, alors qu'ils continuent de crier leurs bêtises et leurs mensonges?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *