Catégories
Actualités internationales

Joe Biden appelle Trump le premier président raciste

Joe Biden prend la parole lors d'une visite à l'église Bethel AME à Wilmington, Del., Le 1er juin 2020. (Jim Bourg / Reuters)

Le candidat démocrate présumé à la présidentielle Joe Biden a qualifié le président Trump de premier président raciste du pays lors d'une mairie virtuelle mercredi.

"La façon dont il traite les gens en fonction de la couleur de leur peau, de leur origine nationale, de leur pays d'origine est absolument écœurante", Biden a dit lors de l'événement virtuel organisé par l'Union internationale des employés des services lorsqu'un travailleur de la santé a évoqué l'habitude de Trump de blâmer les Asiatiques pour la pandémie de coronavirus. Trump a régulièrement qualifié COVID-19 de «virus chinois», de «virus Wuhan» et de «grippe Kung».

"Aucun président en exercice n'a jamais fait cela", a déclaré Biden. "Jamais jamais jamais. Aucun président républicain n'a fait cela. Pas de président démocrate. Nous avons eu des racistes, et ils ont existé, ils ont essayé de se faire élire président. C'est le premier qui en a. »

L'année dernière, à la demande du Washington Post s'il était faux de décrire Trump comme «un raciste avec un programme politique suprémaciste blanc», Biden a dit non, mais ne voulait pas aller jusqu'à qualifier Trump de raciste, affirmant à la place que le président faisait la promotion de «politiques racistes».

L'ancien vice-président a déclaré aux journalistes la semaine dernière qu'il pensait que nous étions dans une «bataille pour l'âme du pays» car les Américains ont «eu leurs œillères enlevées» par la mort de George Floyd.

«Je pense que nous avons atteint le point où l’une de ces phrases banales que tout le monde utilise. . . c'est un véritable point d'inflexion dans l'histoire américaine et je ne crois pas que ce soit différent de ce que (le président Franklin) Roosevelt (a affronté) », a-t-il déclaré.

«Je pense que nous avons une énorme opportunité d'apporter des changements vraiment systémiques liés au racisme, mais aussi des manières institutionnelles dont nous gérons les choses et je pense que le pays est vraiment prêt.

Le propre bilan de Biden en matière de relations raciales est remis en question depuis le lancement de sa campagne présidentielle, alors que de nombreux progressistes critiquent son opposition dans les années 1970 au bus destiné à déségréger les écoles.

Envoyez un conseil à l'équipe de presse à NR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *