Catégories
Actualités internationales

La féministe blanche déclare le projet de loi du racisme du Tennessee «raciste», «la suprématie blanche»

Lauren Rankin est une féministe blanche pro-avortement qui veut attirer l'attention sur une nouvelle loi pro-vie au Tennessee qui s'est perdue au milieu des manifestations de Black Lives Matter. Astucieusement, elle lie les deux en disant: "La nouvelle loi flagrante du Tennessee devrait également faire partie de cette conversation, car dans leur essence, les interdictions d'avortement ne sont pas seulement sexistes – elles sont fondamentalement racistes."

Dans son article Refinery 29 publié mercredi, Rankin déclare: «La suprématie blanche touche tous les aspects de la vie en Amérique, et cela inclut la politique de la reproduction.» La raffinerie 29, bien sûr, est un débouché libéral, donc aucune tentative n'est faite pour être juste ou exacte. Tout au long de la pièce, elle fait référence à une «interdiction d'avortement de six semaines», au lieu d'admettre que le projet de loi empêchera les avortements une fois que le cœur d'un bébé à naître commencera à battre, ce qui se produit à environ 6 semaines. Elle qualifie également cela d '«interdiction presque totale de l'avortement», sauf le CDC a rapporté en 2016 qu'un énorme 37,8% des avortements ont eu lieu au plus tard 6 semaines. Elle affirme également sans preuve que la loi «coûtera sans aucun doute la vie à certaines femmes noires».

Rankin cite Cherisse Scott, fondatrice et PDG de SisterReach, un groupe de militants pro-avortement basé à Memphis, qui fait des déclarations tout aussi farfelues, disant: «Des femmes et des filles noires, d'autres femmes et des femmes enceintes vulnérables du Tennessee mourront» à cause de la législation que Scott appelle inconstitutionnelle, «raciste et classiste». Scott a également déclaré que le projet de loi de sauvetage «a été décidé par une législature évangélique majoritairement blanche, masculine, qui parle de la vie en double sanctionner sans vergogne le meurtre et la destruction de familles vulnérables partout dans cet état. " (Je souligne)

Si vous pensez que c'est extrêmement hyperbolique, consultez les hystériques extrêmes dans cette prochaine citation dans laquelle elle assimile les pro-vie à l'appui de ce projet de loi à l'officier principal accusé d'avoir tué George Floyd:

«En cette fête du dix-neuvième anniversaire, commémorant la libération des esclaves deux ans après la proclamation d'émancipation, nous nous trouvons à nouveau touchés par suprémacie blanche, théologie errante, et terrorisme politique dirigé par des hommes blancs», A déclaré Cherisse Scott de SisterReach dans un communiqué. "Cette interdiction de l'avortement est la genou sur le cou des femmes noires. Cette interdiction de l'avortement mettra nos vies en jeu et est la crucifixion des plus vulnérables les gens du Tennessee. Le gouverneur (Bill) Lee, chaque sénateur et représentant de la Chambre qui a rendu possible cette interdiction de l'avortement, est pas mieux que l'officier Derek Chauvin. "

Pendant ce temps, Rankin appelle des signes pro-vie qui disent la vérité que «Black Unborn Lives Matter» et «L'endroit le plus dangereux pour un Afro-Américain est dans l'utérus» «raciste». En 2014, 259 336 vies noires ont été étouffées avant même d'être autorisées à respirer – c'est plus que les 15 principales causes de décès parmi les Afro-Américains combiné.

"Il est clair que les interdictions d'avortement ont un impact disproportionné sur les femmes de couleur, les femmes noires en particulier", a rapidement souligné Rankin. «Lorsque l'avortement est interdit et criminalisé, ce sont les femmes noires qui souffrent le plus.» Mais, à part un hareng rouge sur les taux de mortalité maternelle (le projet de loi autorise des exceptions pour la vie de la mère), elle ne parvient pas à expliquer pourquoi: les femmes noires sont disproportionnellement plus susceptibles d'avoir des avortements. Bien qu'ils ne représentent qu'environ 13% de la population, 40% des avortements de la nation sont commis sur des Afro-Américains.

Donc, Rankin a raison quand elle dit: "La lutte pour la vie des Noirs est inextricablement liée à la lutte contre les interdictions d'avortement comme celle du Tennessee." Sauf, contrairement aux calculs de Rankins, lorsque les lois pro-vie peuvent être promulguées, ce sont les vies noires qui sont le plus sauvées!

Encore une fois, près de 260 000 vies noires sont portées disparues sur terre en raison d'un avortement d'un an seulement. Pourtant, Rankin appelle paradoxalement les Blancs réveillés à continuer de détruire les vies noires dans l'utérus: «Pour les blancs qui… ouvrent enfin les yeux sur la réalité omniprésente de la suprématie blanche violente dans ce pays, il est grand temps d'étendre cet outrage aux interdictions d'avortement racistes. »

Il n'est pas raciste de sauver des vies noires de l'avortement. Si quoi que ce soit, une femme blanche exhortant d'autres Blancs à se battre pour maintenir en place une pratique qui a mis fin de manière disproportionnée à des dizaines de millions de vies noires au cours des décennies est l'incarnation de la suprématie blanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *