Catégories
Actualités internationales

La majorité des Noirs américains veulent que les effectifs de la police restent là où ils sont

Je ne pense pas un seul instant que cela importera à qui que ce soit dans le mouvement Black Lives Matter, et encore moins à quiconque utilisant les manifestations nocturnes comme excuse pour attaquer la police pour ses propres raisons. Néanmoins, il convient de souligner que la majorité des Noirs américains disent ne pas vouloir une diminution du nombre de policiers dans leur quartier:

Lorsqu'on leur demande s'ils veulent que la police passe plus de temps, le même temps ou moins de temps qu'ils ne le font actuellement dans leur région, la plupart des Noirs américains – 61% – veulent que la présence policière reste la même. Cela est similaire aux 67% de tous les adultes américains préférant le statu quo, dont 71% des Américains blancs.

Pendant ce temps, des proportions presque égales d’Américains noirs disent qu’ils aimeraient que la police passe plus de temps dans leur région (20%) et qu’ils aimeraient qu’ils y passent moins de temps (19%).

Le sondage de Gallup a révélé une nette différence dans la confiance des Noirs américains quant à la manière dont ils seront traités avec respect par la police. Ce tableau résume les différences entre les différentes catégories raciales. Ainsi, par exemple, 12% des Noirs américains ne sont pas convaincus qu’ils seront traités avec respect par la police alors que pour les Américains blancs, le même chiffre est de 2%.

Il est significatif que 12% des Noirs américains qui ne sont pas convaincus d'être traités avec respect est le seul segment de la population pour lequel une majorité souhaite voir moins de policiers dans leurs quartiers. Tous les autres segments, même ceux décrits comme «pas trop confiants», ont une majorité qui favorise les niveaux de police actuels.

Selon Gallup, avoir plus d'interactions avec la police ne fait pas beaucoup de différence dans les attitudes des gens. Les Noirs américains qui ont interagi avec la police au cours de l'année écoulée sont à peine moins susceptibles de favoriser les niveaux de police actuels (79% contre 82% de ceux qui n'ont pas eu d'interaction récente avec la police). Ce qui semble vraiment important, ce sont les expériences négatives avec la police:

  • Quarante-cinq pour cent des Noirs américains qui déclarent ne pas avoir été traités avec courtoisie ou respect par la police au cours des 12 derniers mois veulent moins d'une présence policière dans leur quartier. Pendant ce temps, 55% veulent la même présence policière ou plus.
  • En revanche, seulement 13% de ceux qui se sentent traités avec respect veulent que la police passe moins de temps dans leur quartier; 87% les souhaitent là-bas autant ou plus souvent.

Ca a du sens. Si vous pensez que la police a été impolie avec vous personnellement, vous voudrez probablement moins les voir.

L'essentiel, selon Gallup, est que ces nouvelles données de sondage concordent avec les sondages précédents qui ont révélé que 22% des Noirs américains soutiendraient l'abolition complète de la police. Cette enquête semble suggérer que le soutien est largement motivé par des expériences négatives avec la police. Je suis curieux de savoir quel est le rôle des médias dans l’amplification de ces expériences négatives, mais cette enquête ne dit rien à ce sujet.

Pour moi, l'essentiel est que l'extrémisme anti-police qui fait la une des journaux depuis des mois est vraiment une proposition minoritaire, même au sein de la communauté noire. La plupart des Noirs américains soutiennent la police et soutiennent les effectifs actuels. Ce serait formidable que la couverture le mentionne de temps en temps, car ce n'est pas l'impression que vous avez en regardant les informations en ce moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *