Catégories
Actualités internationales

L'avance de Biden sur Trump diminue, maintenant presque identique à celle d'Hillary à ce stade en 2016

Des junkies politiques discutaient de cette comparaison sur les réseaux sociaux cet après-midi. Le 6 août 2016, Clinton a mené Trump par 6,3 points. Aujourd'hui, Biden mène de… 6,4 points.

Si vous regardez de plus près le graphique de 2020, vous constaterez que Biden menait par 9,3 au niveau national aussi récemment que le 27 juillet. Au cours des 10 derniers jours seulement, il a perdu près de trois points. Harry Enten de CNN a remarqué la tendance et a publié un article ce matin affirmant que Trump avait finalement arrêté le saignement qu'il avait fait en juin et juillet. L'avance de Biden à l'heure actuelle est identique à ce qu'elle était le 15 mars, juste au moment où l'Amérique entrait dans l'ère du COVID-19 et des mois avant que les manifestations contre la mort de George Floyd n'éclatent. Trump a effacé tous les dégâts qu'il a subis pendant les élections – pour le moment.

Le fait que la réputation de Trump n'ait pas empiré peut être un peu surprenant compte tenu de l'augmentation des cas de coronavirus et des décès à l'échelle nationale. Biden mène Trump à deux chiffres pour savoir qui est le plus fiable pour gérer le virus, et le problème est le plus important pour les électeurs.

La réponse à ce léger mystère réside peut-être dans le fait que les questions entourant les relations raciales ont disparu de l'actualité. La couverture des manifestations n'est pas du tout proche de ce qu'elle était autrefois. Et bien que les électeurs n'aiment pas Trump sur le coronavirus, ils l'aiment encore moins sur les relations raciales. Il n’est donc pas choquant que Trump tienne ou ait même gagné un point.

Cela dit, il est difficile de voir comment Trump pourrait gagner si le coronavirus était le gros problème au moment des votes. Comme je l’ai déjà noté, le candidat qui mène sur la grande question non économique du jour gagne presque toujours des élections non déterminées par l’économie…

Mais dans une année où nous sommes confrontés à des circonstances sans précédent, Trump reste dans la chasse.

Il pourrait soit que la diminution de l’avance de Biden est due à un lot de sondages excentriques et qu’elle recommencera à croître une fois que ces sondages vieilliront hors de la moyenne du RCP. Par exemple, The Hill / HarrisX le place en tête de Trump 43/40 dans sa dernière enquête. Aucun autre sondeur ne l'a fait voter à un niveau aussi bas (probablement parce que The Hill / HarrisX est plus généreux que les autres groupes de laisser les gens dire qu'ils sont indécis au lieu de choisir un candidat ou l'autre). Un autre sondage récent d'Emerson indique que Trump atteint 46%; la dernière fois qu'une tenue différente l'a eu aussi haut, c'était en mai. Alors peut-être que l'avance de Biden est plus solide qu'il n'y paraît pour le moment et qu'elle est déguisée par des valeurs aberrantes.

Ou peut être pas. Trois sondeurs ont eu Trump à 45% ou mieux au cours des deux dernières semaines. Il n’avait pas vu de chiffres cohérents aussi élevés que cela depuis longtemps.

Il y a cependant deux mises en garde concernant la comparaison 2016/2020. La première est que la convention démocrate d'il y a quatre ans s'est tenue fin juillet. Clinton a obtenu un gros rebond début août, prenant finalement une avance de 7,9 points sur Trump. L'avance actuelle de Biden sur Trump ne doit rien à un rebond d'aucune sorte. En fait, parce que la convention démocrate s'annonce totalement éloignée cette année, il se peut qu'il n'y ait pas de rebond de convention pour aucun des candidats. Tout cela pour dire que le sondage de 2016 à ce stade montre Hillary à (presque) son meilleur et Biden à son pire récent. Et pourtant, ils sont toujours égaux.

L'autre mise en garde est que les trajectoires de ces deux races restent très différentes. Voici la dernière année de scrutin de la course Trump / Clinton. Notez la volatilité, avec Hillary se balançant vers de gros leads puis les faisant s'effondrer:

Au 19 septembre, l'avance de 6,3 points dont elle bénéficiait à cette date en 2016 était tombée à moins d'un point de pourcentage. Comparez la volatilité de la course Trump / Clinton avec la stabilité de la course Trump / Biden:

Trump n'a jamais dirigé. Non seulement il n’a jamais mené, mais il n’a jamais été à moins de quatre points de Biden. Bien sûr, il n'a pas strictement besoin de diriger: s'il est à moins de deux ou trois ans au niveau national le jour du scrutin, comme il l'était il y a quatre ans, il est capable de filer l'aiguille dans les États du champ de bataille malgré la perte du vote populaire. Mais c'est une question ouverte de savoir s'il peut arriver à deux ou trois ans étant donné la stabilité de l'avance de Biden et la passion des opinions sur Trump, pour et contre. Qui décide encore de lui?

Quant à savoir pourquoi l’avance de Biden a glissé, je pense qu’Enten l’a frappé à la tête. Bien qu’il ait toujours été en tête, son avance a explosé lorsque les manifestations antiracistes ont décollé. Au fur et à mesure que ces manifestations se sont estompées, une partie de l'air dans le ballon s'est évaporée. Combinez cela avec le spectacle de gauchistes assiégeant le palais de justice de Portland, la hausse des taux de meurtres dans les grandes villes et le fait que la «vague sud» de nouveaux cas de COVID dans la Sun Belt et en Californie s'est un peu atténuée et Trump est revenu à la bulle de discorde.

Pour se remettre pleinement en cause, il aura besoin soit de progrès significatifs pour contenir l'épidémie, je pense, soit d'une série d'erreurs non forcées de Biden qui aliénent d'une manière ou d'une autre les électeurs. Mais quelles sont les chances de cela?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *