Catégories
Actualités internationales

L'exemple durable du massacre de la place Tiananmen

Je serai privilégié ce mercredi soir de participer à une veillée aux chandelles marquant le 31e anniversaire du massacre de la place Tiananmen. Nous nous réunirons au Mémorial des victimes du communisme à Washington, D.C., pour honorer les centaines et probablement des milliers d'étudiants chinois pro-démocratie qui ont été tués par des troupes et des chars communistes en juin 1989.

Nous nous réunirons pour réfuter les mensonges que les dirigeants de la Chine communiste continuent de raconter sur le massacre. Ils nient que c'est arrivé. Ils disent que des troupes ont été appelées pour réprimer certains «voyous» qui menaçaient la loi et l'ordre. Ils affirment que les quelques blessures qui ont eu lieu ont été subies par les troupes. Ils rejettent comme des «mensonges occidentaux» toutes les histoires d'un prétendu «massacre». À ce jour, ils ne permettront aucune discussion publique sur la place Tiananmen et en bloqueront toute mention sur les réseaux sociaux chinois.

Est-il donc surprenant que les communistes chinois persistent à mentir sur leur rôle essentiel dans la propagation mondiale du nouveau coronavirus? Alors que nous réfléchissons aux mesures à prendre concernant la Chine communiste – allant des sanctions économiques à la restriction des dizaines de milliers «d'étudiants» chinois qui fréquentent nos collèges et universités – nous devons garder à l'esprit le type de gouvernement avec lequel nous avons affaire. C'est un régime totalitaire qui ne connaît qu'une seule règle, articulée par son leader encore vénéré, Mao Zedong, «le pouvoir politique naît du canon d'une arme à feu».

Au centre de la place commémorative des victimes du communisme se trouve une réplique en bronze de la déesse de la démocratie qui dominait la place Tiananmen jusqu'à ce qu'elle soit détruite par des chars communistes tôt le matin du 4 juin. La Fondation commémorative des victimes du communisme a débattu de l'icône à représenter dans son mémorial. Une partie du mur de Berlin? Une réplique des champs de mise à mort du Cambodge? Un petit bateau comme celui utilisé par les Cubains pour fuir Fidel Castro?

En fin de compte, la fondation a sélectionné une réplique de la déesse de la démocratie pour deux raisons: 1) C'est un rappel des longueurs sanglantes auxquelles un régime communiste ira pour conserver son pouvoir tyrannique; et 2) C'est un exemple inspirant de ce que les hommes et les femmes libres feront pour résister à la tyrannie et rechercher la liberté.

Je vous invite à nous rejoindre (virtuellement, bien sûr) lors de notre cérémonie aux chandelles ce mercredi soir pour rendre hommage aux courageux étudiants chinois qui ont défié les communistes chinois et donné un exemple durable à tous les peuples et nations captifs.

Allumez une bougie avec nous alors que nous jurons de ne jamais oublier le sacrifice ultime que les étudiants de la place Tiananmen ont fait pour la liberté et la démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *