Catégories
Actualités internationales

Tombe de 17 soldats confédérés inconnus morts profanés à l'église dans la banlieue de DC

Un mémorial sur la tombe de 17 soldats confédérés, dont 16 n'ont jamais été identifiés, a été profané le mois dernier dans une église de la banlieue de Silver Spring, MD, DC.

Le mémorial de la pierre tombale vandalisée n'a été à peine mentionné par aucun média national, bien qu'il ne soit qu'à quelques minutes de la capitale nationale et à proximité des maisons de centaines de journalistes.

La pierre tombale des 17 soldats du cimetière Grace Episcopal Church à Silver Spring a été vandalisée début juin, puis complètement renversée le 14 juin.

Alors que la profanation d'une tombe est vile et doit être condamnée pleinement, l'histoire de ce monument est particulièrement intéressante pour quiconque s'intéresse à l'histoire américaine.

TENDANCE: Biden dit que la police est «devenue l'ennemi» et appelle au financement de la police (VIDEO)

Les soldats enterrés dans cette église sont morts lors de la bataille de Fort Stevens en juillet 1864 et leurs corps ont été jetés sans cérémonie dans des tombes peu profondes dans plusieurs fermes à Silver Spring, tandis que les soldats de l'Union qui ont péri ont été enterrés officiellement au cimetière national de Battleground.

«En 1874, le pasteur de Grace Episcopal Church, lui-même un ancien combattant confédéré, a pu localiser 17 corps et les faire déplacer au cimetière de l'église. Le seul organisme pouvant être identifié était le Pvt. James Bland de Highland County, Virginie. Les tombes étaient alignées devant l'église dans un lot donné par Montgomery Blair, un paroissien qui avait été maître de poste de Lincoln et avocat de Dred Scott », a expliqué le blog de Allen Browne en 2011 sur le site.

WUSA9 rapporte que «le pasteur intérimaire de Grace Episcopal, Richard Kukowski, a déclaré que l'église n'avait pas déposé de rapport de police parce qu'ils avaient l'intention de traiter le problème« en interne ».»

Les graves vandales ont également laissé une pancarte qualifiant les soldats inconnus de "suprémacistes blancs" qui "sont morts en combattant pour garder les Noirs en esclavage". Près de 30 000 Amérindiens ont également combattu aux côtés de la Confédération.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *