Catégories
Actualités internationales

Un officiel chinois met en garde contre le «risque» de la peste bubonique alors que l'OMS dit que la situation est «bien gérée» par la Chine

Un logo de l'Organisation mondiale de la santé affiché lors d'une réunion du conseil d'administration sur le coronavirus, Genève, Suisse, 6 février 2020 (Denis Balibouse / Reuters)

Les autorités sanitaires chinoises ont confirmé mardi qu'un cas de peste bubonique avait été diagnostiqué dans la région chinoise de Mongolie intérieure, l'OMS déclarant aux journalistes qu'elle "surveillait" la situation "avec attention".

La commission de la santé de Bayannur, une ville située à 500 kilomètres à l'ouest de Pékin, a émis un avertissement de santé publique de bas niveau jusqu'à la fin de l'année après avoir découvert un cas dimanche, selon l'agence de presse officielle Xinhua signalé. Les autorités ont également interdit la chasse aux marmottes – un type d'écureuil terrestre qui serait à l'origine de l'épidémie de peste pneumonique de 1911, qui a tué des dizaines de milliers de Chinois.

Un responsable de la santé de la ville a mis en garde contre le risque de transmission interhumaine, selon un média d'État China Daily.

«À l'heure actuelle, il existe un risque de propagation d'une épidémie de peste humaine dans cette ville. Le public devrait améliorer sa conscience et ses capacités d'autoprotection et signaler rapidement les conditions de santé anormales », a déclaré l'autorité de Bayannur.

La peste bubonique, qui a provoqué la pandémie la plus meurtrière de l'histoire après avoir tué des millions de personnes dans le monde au Moyen Âge, est causée par des puces qui vivent sur des rongeurs tels que les marmottes, qui sont chassées pour leur fourrure et parfois mangées dans le nord-ouest de la Chine et de la Mongolie. Xinhua a déjà signalé au moins trois cas de peste bubonique qui ont été découverts en Mongolie au cours des deux dernières semaines.

La porte-parole de l'Organisation mondiale de la santé, Margaret Harris, a déclaré lors d'une conférence de presse mardi que la situation était «bien gérée» par la Chine et que l'OMS ne la considérait pas actuellement comme un «risque élevé».

«La peste bubonique est avec nous et est toujours avec nous, depuis des siècles. Nous examinons les numéros de cas en Chine. C'est bien géré », a-t-elle déclaré. "Pour le moment, nous ne le considérons pas comme étant à haut risque, mais nous le surveillons, nous le surveillons attentivement."

L'OMS a été critiquée pour sa lenteur à réagir à la pandémie de COVID-19 au milieu d'allégations d'une relation chaleureuse avec Pékin.

Envoyez un conseil à l'équipe des nouvelles à NR.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *